17/11/2008

Tarin du venezuela

Sans titre-1

Le tarin du Venezuela

 Cucullatamachocolombia

Carduélis cucullata

De Wikipedia, l'encyclopédie libre

Cardenalito

État de conservation

Classification scientifique

Royaume : Animale

Bord : Chordata

Subbord :     Vertébrés

Classe : Oiseaux

Sous-classe : Neornithes

Ordre : Passeriformes

Subordre :    Oscines

Famille : Fringillidé

Type : Carduélis

Espèce : C. cucullata

Nom binomial

Carduélis cucullata

Swainson, 1820

Ce qui est cardenalito (Carduélis cucullata) est un petit oiseau indigène du Venezuela avec de petites populations reliquats en son état naturel dans l'est de la Colombie, les États nord-côtiers du Venezuela, récemment découverte en Guyane et considérée éteinte dans l'île Mignons de Trinité.

Contenu

1 Mesures morphologiques

2 Conduite et comportement

3 Habitat

4 Chanson et notes

5 Distribution

6 Semences

7 Nidification

8 Vie en captivité

8.1 Alimentation

8.2 Reproduction

8.3 Élection des paire

8.4 Le Nid

8.5 Œufs, incubation et élevage poussins

9 Situation actuelle

10 Population

11 Menace

12 Mesures de conservation

13 Références

Mesures morphologiques

Longueur : de 10 cm à 11.5 cm Aile : de 62 à 67 mm dans les mâles et de 57 à 60 mm dans les femelles.

Conduite et comportement

Elle est nomade. Hors de l'époque d'élevage il se déplace en petites bande 12 ou de 13 individus. Au Venezuela, on voit seulement des individus isolés ou dans des paires.

Habitat

Il est connu très peu de sur sa vie sauvage, en s'avérant difficile à savoir quel a été son habitat naturel. Une grande partie de sa zone de distribution est occupée maintenant par des prés de courte herbe, mais qu'ont été originairement ouvertes des forêts de feuille caduque. Son habitude alimentaire sur base de semences et la coutume d'être nourri dans les bords des forêts nous fait supposer que les forêts à feuilles caduques pourraient avoir été son habitat préféré. Souvent, ces forêts sont davantage de couvertures d'herbe que les forêts à feuilles persistantes, à la suite de la plus grande quantité de lumière qui pénètre jusqu'au sol de ces derniers quand les arbres perdront leurs feuilles, en permettant la croissance de l'herbe. Vit dans des zones semi-aride feuille type, les paysages ouverts, les zones sèches et stériles où les arbres sont dispersés entre des zones plus ou moins rocheuses, avec des arbustes épineux et cactos. En Guyane dans les forêts de l'arbre Curatella. Aussi aux autres parties du Venezuela comme dans des forêts semihumedos. À une altitude comprise entre les 280-1.300 ms nm.

Chanson et notes

Il est assez complexe avec une grande variété de notes bien que peu musicales. Il dure entre 2 et 3 minutes sans interruption. Les deux sexes émettent des appels simples ou doubles. Les premières les émettent posés, les deuxièmes en vol et sont en rapport avec l'appariement.

Distribution

Est considérée une des espèces les plus menacées du Venezuela. Il est probable qu'il existe encore une petite population dans les alentours de Cúcuta, en Colombie, et introduite et établie en Port Riche autour de 1930. En Trinité il paraît que ça a toujours été un oiseau il est reporté rarement et actuellement comme éteinte. On écarte l'existence d'une possible population au Cuba, puisqu'elle s'agit d'oiseaux échappés de captivité qu'ils n'ont pas obtenu établir comme population. Au Venezuela sa distribution actuelle occupe moins de 20% de ce qui est originale, laquelle comprenait les états Zulia, Barinas, Trujillo, portugaise, Lara, Falcon, Yaracuy, Carabobo, Aragua, Miranda, Guárico, Anzoátegui, Sucre, Monagas et Secteur Fédéral, où ils se sont trouvés dans quelque six localités proches à la ville de Caracas, où il est probable que survivent encore dans deux emplacements du Parc National l'Avila. De cette vaste distribution originale, actuellement seulement il reste un reliquat qui inclut deux noyaux : un dans les états Faucon, Lara et probablement en Barinas, et un autre dans le triangle formé par Mirador, Guárico et Anzoátegui ; toutefois, il existe des possibilités d'un reliquat dans le Secteur Fédéral et il est connu de d'un autre qui a été récemment collecter dans Été Zulia. La situation de menace est tellement alarmante que quelques auteurs s'abstiennent de reporter les localités précises où on trouve encore l'espèce, par crainte à faciliter l'action des chasseurs d'oiseaux.

Des Semences

Ils cherchent les semences dans la basse végétation et dans les arbres. Entre celles préférées ils sont celles de Wedelia calycina (Asteraceae), Phoradendron sp. (Loranthaceae), l'arbre Curatella sp. Et le figuier (Ficus spp.). Dans l'île Trinité il est nourri des semences de l'Argémone mexicaine.

Nidification

Ils nichent généralement à deux époques, en Guyane de mai à juillet et de novembre à décembre. Au Venezuela, de mars à avril et d'août à septembre. Toutefois en Cúcuta, la Colombie il s'est vu seulement niché en octobre. Il coïncide avec la floraison des arbres et les plantes qui produisent les semences dont elles sont nourries. Les paires commencent à se former en avril au moyen de vols nuptiaux semblables au vol des papillons. Le mâle sort d’un accouplement et arrive à une autre où il trouve la femelle. Apparaissent habituellement des luttes avec d'autres mâles par le territoire. Le mâle dominant se pose un peu plus important que l'adversaire et en étant mis horizontale ouvre les ailes et le il fait vibrer. Ainsi l'autre s'enfuit ou bien on combat bout avec bout. La paire une fois formée ne s'éloigne pas beaucoup du lieu de la niché (0.5 km). Niche colonial ment dans de petits groupes de 9 séparés par des secteurs de quelque 30 mètres.

Ils placent le nid dans l'extrémité de la branche plus haute qu'un arbre et bien camouflé. Il a forme de gobelet avec une profondeur de 10 cm et un diamètre de 12 cm le construisent avec des fibres cotonneuses, de la mousse et des morceaux d'herbes sèches entre 2 et 10 cm de longueur. Peut se produire le cas qu'une femelle dominante vole le matériel du nid d'une autre femelle. Bien que le mâle ne le construise pas, si qui accompagne généralement la femelle dans sa collecte de matériels. L'appariement à lieu près du nid quand la femelle adoptera une position horizontale, ouvre les ailes et émet le long appel « tee tee tee ». Ils mettent de 2 à 3 œufs complètement blancs ou légèrement verdâtres pâles. Mesures : 14.7 - 17.8 mm × 10.8 - 13 mm

La femelle seule les incube pendant 12 jours en étant périodiquement nourri par le mâle. Sa principale tâche est la défense de son petit territoire d'autres oiseaux envahissants. La femelle les nourrit et les cesse de leur donner chaleur cinq jours ensuite, parce que la température extérieure non baisse des 30º-32º C.A les 15 jours salent du nid. Deux ou trois jours plus tard elle construit un autre nid et fait une seconde mise. À son tour, le mâle s'occupe de veiller sur les poussins jusqu'à son indépendance.

Vie en captivité

Alimentation

Semences : bouton blanc et marron (Bouton ocymoides), chardon (Cirsium vulgarise), laitue blanche et noire (Lactuca sativa), negrillo (Guizotia abyssinica), lin oléagineux (Linum usitatissimum), alpiste (Phalaris canariens).

Chaque éleveur utilise des mélanges de semences différentes selon ses possibilités de les acquérir et le pourcentage dans son régime varie selon l'époque de l'année et le climat du pays où elle va être élevée. Pâte d'élevage mélangé avec des semences germées.

Légumes : 2 ou 3 fois par semaine endive (Cichorium endive), brocoli (Basique oléacée), dent de lion (Taraxacum officinale) et alsine (Stellaria moyenne). Bien lavées avec eau propre et dans trempé pendant 2 heures.

     Eau : Elle doit être lui plus pure et propre, lui idéal c'est l'eau minérale mise en bouteilles. Les abreuvoirs doivent journellement être nettoyés. (vinaigre de pomme) avec la dose d'une baisse par chaque 60 ml d'eau, est un magnifique pro biotique et a des propriétés dépuratives, aide à le maintenir avec une flore intestinale en bon état.

Un mélange recommandable aurait le suivant pourcentage de semences :

 

Tableau de pourcentages de son mélange de semences en captivité

Type d'aliment

Nom scientifique

Pourcentage

Alpiste

Phallaris canariensis

50 %

Avisín, Niger

Guizotia abyssinica

15 %

Chardon

Cirsium vulgaris

10 %

Petit chènevis

Cannabis sativa

10 %

Laitue blanche

Lactuca sativa

10 %

Lin oléagineux

Linum usitatissimum

5 %

 

Reproduction

Chaque éleveur a sa méthode personnelle. Il est nécessaire qu'ils ne reçoivent pas de visites étranges pour éviter l'effort mais on court le danger qu'ils abandonnent l'incubation ou la cessent de nourrir les poussins récemment nés. Le type de cage la plus appropriée est celle fermé par toutes parties moins par le frontal (longueur 90 cm, j'élargis 30 cm et haut 40 cm) parce qu'ils ont la tendance à accrocher les jambes dans les fils. Ils commencent à être assortis au mois de décembre, pour les mettre à élever au début de janvier ou à moitié du même mois.

Lumière : Comme les heures de lumière naturelle ne sont pas suffisantes dans l'hémisphère nord, augmente régulièrement les éleveurs chaque par jour jusqu'à arriver à 13-14 heures. Ils varient selon l'époque, nous pouvons augmenter comme diminuer, nous augmenterons quand nous nous approcherons à l'époque d'élevage. Quand nous serons hors de l'époque d'élevage les heures de lumière se elles nous allons laisser dans 9 ou 10 heures.

Humidité : Il est très indispensable en époque d'élevage, il doit rester entre 50% et 60 % puisque si sont très faible les poussins ils ne vont pas naître, mourront dans l'œuf étant donné une écorce très dure et un obstacle dans les pores respiratoires de l'œuf. Hors de l'époque avec 20% ou il n'y a moins déjà pas problème. Quand ils auront de la basse humidité se il doit leur fournir des bains pour leur veiller journellement le plumage.

Température : Son origine tropicale le porte à la nécessité de vivre à une température au moins de 23ºC ; à une température inférieure il reste inactif et il ne se reproduit pas. Beaucoup d’oiselleries dans lesquelles ils ont été mis au principe, sur l'année 1900, en Europe et en Amérique du Nord, ont simplement résulté d'être trop froides pour eux.

Élection des paires

Il est laissé à la femelle choisir au mâle parce que mais il aime alors il ne mettra pas d'œufs ou seront sans féconder. Une méthode qui fonctionne est de mettre trois cages ensemble et alignées, se on à la femelle dans celle du centre et un mâle dans chaque latéral. Les deux mâles seront mis à chanter et elle il choisira.

Le Nid

Il préfère celui situé dans le lieu le plus lumineux que la partie frontale de la cage, ainsi il peut dehors surveiller tous les mouvements produits. Il est bon de le camoufler avec des branchettes artificielles pour que la femelle se sente plus protégée. Il sert pour les cystites qui est utilisée pour les canaris mais de plus petit diamètre et confectionnée avec laine.

La femelle incube entretemps le mâle surveille.

Des Œufs, de l'incubation et de l'élevage poussins

De trois à quatre œufs dans chaque mise. Il est bon les enlever au fur et à mesure qu'ils leur mettent et les remplacer par d'autres de matière plastique pour qu'ils naissent à la fois et ainsi diminue la mortalité. Si la paire est bien faite le mâle il ne sera pas agressif et collaborera l'élevage. Il faut surveiller son comportement par s'il y avait des problèmes et dans ce cas lui on maintient avec la femelle seulement jusqu'à la mise du second œuf. Parfois il fonctionne bien les séparer par une grille pour que la femelle continue à le voir et n'abandonne pas le nid. Ainsi la femelle incube seule et eux il nourrit les premiers par jours de naître. Il y a des femelles qu'ils dorment dans le bord du nid et cessent de leur donner chaleur juste quand ils commenceront à leur sortir les canons. Dans ce cas courent danger de mourir de froid le soir, de là l'importance de maintenir la température environnementale dans les 25ºC. Dans beaucoup de cas la femelle veut commencer une autre nichée à partir de le 20 de vie des élevages. Ce n'est pas un problème si nous lui mettons un nouveau nid et à elles nous les situons séparées avec le mâle pour qu'il continue à les nourrir. L'indépendance est une phase critique parce que celles plus faibles pourraient mourir. Arrive un moment (30-35 jours) où les pères cessent de les nourrir même s'ils leur demandent avec insistance. Il s'avère essentiel de leur mettre une pâte d'élevage avec des semences germées et tendre pour qu'ils apprennent à être nourris par lui-même le plus la plus rapidement possible. Ils sont ensuite placés en volière tu rassembles toutes avec une certaine femelle qui termine de les enseigner à manger les différentes semences. Ne pas placer plus de 10 exemplaires dans une volière de 120 cm. Ce qui est juvéniles commencent leur changement de plumage à adulte à aux 3-4 mois.

Baguages

On utilise le diamètre de 2.5 mm Entre 6 ou les 10 jours suivant son développement.

Cucullatastresdias      Cucullatasenca%C3%B1onadosCucullatasietedias
Cucullatasemplumados

Situation actuelle

Cet oiseau pourrait s'éteindre en vie sauvage dans un futur proche si on n'obtient pas contrôler sa capture et traite. Les menaces sont considérées extrêmes et ont causé des impacts graves dans les populations, en estimant que la majorité est éteinte et que la distribution actuelle est seulement un reliquat de celle passée. La situation de cette espèce a été dénoncée depuis le début de siècle. Depuis 1952 il a été classé comme Menacée par l'Union Mondiale pour la Nature, et dans la dernière version du Livre Rouge il est classé en Danger, en situation grave et qui requiert actions urgentes.

Population

On a effectué plusieurs essais pour essayer d'estimer le nombre d'individus sauvages qui survivent actuellement ; toutefois, dits estimés ils se caractérisent par leurs imprécisions et on ne connaît pas réellement la population actuelle. Ce qui est prévus varient depuis un minimum de 600 jusqu'à 800 oiseaux dans tout le pays, dont on calcule quelque 350 à 500 individus en occident, et autres 300 dans la zone centrale. D'autres prévus indiquent qu'ils survivent actuellement autour de 4.000 cardenalitos sauvages en total, dont quelque 2.500 vivent dans les états Lara et Faucon. Les chiffres d'oiseaux capturés soutiendraient plus à le à deuxièmement prévus qu'à le à d'abord. Il est nécessaire de clarifier que, bien qu'on puisse assurer que le chiffre est faible, encore manque information pour estimer la population avec exactitude. En tout cas, les chiffres actuels sont plus petits que ce qui est précédentes et la majorité des populations relatives dans le passé sont éteintes actuellement.

Menaces

La principale cause de la situation qui fait face actuellement à ce qui est cardenalito a été sa capture et je traite, pratiques effectuées persista ment depuis 1835. Même vers le milieu de ce siècle on a utilisé son plumage comme ornementation pour chapeaux en manière non-discriminée. Le commerce démesuré est fortement lié à l'hybridation des canaris pour produire des canaris rouges, ce qui a constitué un événement dans la canari culture et marquerait le début de l'extinction de ce qui est cardenalito. La situation est aggravée puisque la couleur rouge codique dans les canaris est perdue dans plusieurs générations et est nécessaire de le reproduire à nouveau avec de nouveaux croisements pour maintenir la couleur. Produit de cette situation les cardenalitos ont atteint des prix exorbitants sur le marché international, et au niveau national était un des oiseaux par laquelle mieux offre recevait son collecteur. Il est disposé information qu'encore dans quelques localités de la zone centrale les commerçants achètent des cardenalitos à ce qui est lugareños en échange d'artefacts électriques. Les chiffres sur les oiseaux capturés et exportés acquièrent des dimensions impressionnantes, et, malgré la diminution démographique de l'oiseau, l'activité de capture est maintenue actuellement et le commerce est encore rentable et d'ampleurs significatives.

Mesures de conservation

Le cardenalito est spécialement protégé par les lois vénézuélien selon la résolution 439 de du 07/12/82, dans la Gazette Officielle 32619. Son commerce est réglé par des DÉFIS, qu'il inclut à l'espèce dans l'Appendice I, grâce auquel on contrôle le trafic à travers Curaçao, pays qui servait de pont entre le Venezuela et l'Europe pour le commerce de cardenalitos.

 CucullatamachoguyanaCucullatamacho

Cucullatamachodanamaranch

Cucullatasjuveniles

Cucullatasparejaanidando

Cucullatashembras

Cucullatafamiliacompleta

Wikipedia

 

TRADUCTION ET CORRECTION DE DELERIA ROMAN

 

 

12:21 Écrit par DELERIA dans tarin du venezuela | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : tarin de venezuela |  Facebook |

Commentaires

Bel oiseau. J'aime beaucoup les couleurs. Beau blog , plein d'info et belles images Bravo !

Écrit par : fraca14 | 18/11/2008

tarins du venezuela salut l'ami
je possede un couple de tarin,,j'aimerai bien voir naitre des jeune,,,,comment y parvenir svp
le mal finira la mue bientot,,,la femelle vien de finir sa mue

PAASCAL

Écrit par : pascal lemoine | 10/10/2009

chardonorer es que c'est des chardonorer veritabla ou es que en peu vous contacter mercie de me repondres

Écrit par : santiago | 20/10/2009

bel article et bel oiseau

Écrit par : alain l. | 12/02/2010

BONSOIR,
C'EST L'OISEAU QUI EST LE PLUS BEAU DE SON ESPECE

Écrit par : RACHEDI | 06/05/2011

bjre j'aimerais bien savoire si vois séte en belgique mon tonton chercher un oiseaux comme votre oranges tarin merci repondre

Écrit par : tracy | 09/10/2011

bjre j'aimerais bien savoire si vois séte en belgique mon tonton chercher un oiseaux comme votre oranges tarin merci repondre

Écrit par : tracy | 09/10/2011

comment achète le tarin

Écrit par : nizak | 27/03/2013

Écrire un commentaire